La gastronomie française, instrument du rayonnement culturel de la France

Standard

Inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’Unesco en 2010, la gastronomie française rejoint le Panthéon des pratiques et processus culturels qui « inspirent aux communautés vivantes un sentiment de continuité par rapport aux générations qui les ont précédées et revêtent une importante cruciale pour l’identité culturelle ainsi que la sauvegarde de la diversité culturelle et de la créativité de l’Humanité ».

Cette prise de position de la Communauté internationale pour une reconnaissance et une valorisation non pas seulement des héritages matériels, comme l’architecture ou l’art pictural, mais également des patrimoines immatériels est une opportunité en or pour la France et son rayonnement culturel. Jouissant d’une image de marque à travers le monde et pouvant compter sur une Francophonie et une Francophilie toujours très actives, quoiqu’on en dise, notre pays a ici une carte à jouer en termes de « Soft Power ».

La Gastronomie est un de ces éléments. En ne distinguant aucune recette en particulier, à l’inverse de la Croatie où son pain d’épices national a été primé, l’UNESCO a offert un blanc-seing complet à toute la gastronomie française. Cette reconnaissance est une porte ouverte pour que toutes nos saveurs et tous nos trésors culinaires rayonnent dans le monde. Symbole du raffinement à la française, notre cuisine s’exporte de par le monde, que ce soit notre art culinaire de table comme nos talents de confiseurs et de pâtissiers.  En ouvrant des succursales à New York, Londres ou encore Milan, la Maison Ladurée participe à la reconnaissance et l’expansion à l’international du goût à la française et de notre savoir-faire gastronomique.

En effet, de nombreux évènements sont organisés de par de le monde pour mettre en avant notre savoir culinaire. Israël, le Canada, les Etats-Unis, ou encore le Japon accueillent régulièrement des manifestations gastronomiques, souvent liées également à la promotion de la Francophonie et de la culture française.

Ces réussites doivent être défendues par nos politiques, et mises en avant. Une véritable diplomatie culturelle est possible, surfant sur l’image de marque de la France à l’étranger. L’Académie des Vins et de la Gastronomie, fondée en 1933, pourrait être un de ces bras armés de l’Etat pour défendre nos terroirs et de notre cuisine.

Défendre les personnalités françaises de la cuisine pourrait aussi être un moyen pour nos représentants politiques de souligner, concrètement, ce patrimoine séculaire. Paul Bocuse, Thierry Marx, Christian Constant, Emmanuel Renaut, Georges Blanc ou encore Pierre Gagnaire, sont autant de grands noms de notre patrimoine culinaire qui s’exportent et font briller encore et toujours la cuisine française.

« Last, but not least », pour reprendre cette expression de nos voisins Outre-Manche qui ne cuisinent pas mais se nourrissent, la gastronomie française au-delà d’un art est un business rentable. Les émissions de cuisine, en France comme à l’étranger se multiplient, les restaurants étoilés par le célèbre Guide rouge français constituent toujours la référence mondiale du goût, la vague du « manger sain » qui touche de plus en plus les populations tout âge confondu… Bref ! Politiques mobilisez-vous, bâtissez la réussite de notre beau pays, faites rayonner notre si bonne cuisine !

Image

Inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’Unesco en 2010, la gastronomie française rejoint le Panthéon des pratiques et processus culturels qui « inspirent aux communautés vivantes un sentiment de continuité par rapport aux générations qui les ont précédées et revêtent une importante cruciale pour l’identité culturelle ainsi que la sauvegarde de la diversité culturelle et de la créativité de l’Humanité ».

Cette prise de position de la Communauté internationale pour une reconnaissance et une valorisation non pas seulement des héritages matériels, comme l’architecture ou l’art pictural, mais également des patrimoines immatériels est une opportunité en or pour la France et son rayonnement culturel. Jouissant d’une image de marque à travers le monde et pouvant compter sur une Francophonie et une Francophilie toujours très actives, quoiqu’on en dise, notre pays a ici une carte à jouer en termes de « Soft Power ».

La Gastronomie est un de ces éléments. En ne distinguant aucune recette en particulier, à l’inverse de la Croatie où son pain d’épices national a été primé, l’UNESCO a offert un blanc-seing complet à toute la gastronomie française. Cette reconnaissance est une porte ouverte pour que toutes nos saveurs et tous nos trésors culinaires rayonnent dans le monde. Symbole du raffinement à la française, notre cuisine s’exporte de par le monde, que ce soit notre art culinaire de table comme nos talents de confiseurs et de pâtissiers.  En ouvrant des succursales à New York, Londres ou encore Milan, la Maison Ladurée participe à la reconnaissance et l’expansion à l’international du goût à la française et de notre savoir-faire gastronomique.

En effet, de nombreux évènements sont organisés de par de le monde pour mettre en avant notre savoir culinaire. Israël, le Canada, les Etats-Unis, ou encore le Japon accueillent régulièrement des manifestations gastronomiques, souvent liées également à la promotion de la Francophonie et de la culture française.

Ces réussites doivent être défendues par nos politiques, et mises en avant. Une véritable diplomatie culturelle est possible, surfant sur l’image de marque de la France à l’étranger. L’Académie des Vins et de la Gastronomie, fondée en 1933, pourrait être un de ces bras armés de l’Etat pour défendre nos terroirs et de notre cuisine.

Défendre les personnalités françaises de la cuisine pourrait aussi être un moyen pour nos représentants politiques de souligner, concrètement, ce patrimoine séculaire. Paul Bocuse, Thierry Marx, Christian Constant, Emmanuel Renaut, Georges Blanc ou encore Pierre Gagnaire, sont autant de grands noms de notre patrimoine culinaire qui s’exportent et font briller encore et toujours la cuisine française.

« Last, but not least », pour reprendre cette expression de nos voisins Outre-Manche qui ne cuisinent pas mais se nourrissent, la gastronomie française au-delà d’un art est un business rentable. Les émissions de cuisine, en France comme à l’étranger se multiplient, les restaurants étoilés par le célèbre Guide rouge français constituent toujours la référence mondiale du goût, la vague du « manger sain » qui touche de plus en plus les populations tout âge confondu… Bref ! Politiques mobilisez-vous, bâtissez la réussite de notre beau pays, faites rayonner notre si bonne cuisine !

Collectif Au Top La France
#AuTopLaFrance

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s