la promotion des entreprises françaises dans le discours de politique générale de Manuel Valls

Standard

manuel-valls-discours-2565824-jpg_2206387

Lors de son discours de politique générale devant la représentation nationale à l’assemblée le mardi 8 avril 2014 Manuel Valls a exposé ses propositions pour sortir la France de la spirale du déficit public, et les moyens de trouver les 50 milliards manquant.

Ses propositions exprimées devant un parlement à faible majorité acquis à sa cause devaient prendre en compte les divergences affirmées notamment dans son propre camp. Les notions d’austérité ou de relance trop brutale occultant les PME devaient donc être évitées. Le premier ministre a préféré parler d’augmentation du pouvoir d’achat, attirant ainsi la bienveillance de son aile gauche, et de sérieux budgétaire, pour convenir au réalisme exigé par le contexte actuel.

Les entreprises ont été défendues par le nouveau chef du gouvernement comme participant à l’énergie française « Je le dis sans détour : nous avons besoin de nos entreprises, de toutes nos entreprises, de nos PME, de nos « start-up », de nos artisans, de nos associations et coopératives. Entreprendre, créer, prendre des risques, embaucher : c’est cette démarche positive que je veux encourager parce qu’elle fait du bien à notre pays. » Ce plaidoyer pour les entreprises, quel que soit leur taille, est novateur pour un représentant de la gauche. Pour défendre les entreprises Manuel Valls a exprimé une volonté de détaxer la production, en baissant notamment l’impôt sur le chiffre d’affaires, ou l’impôt sur les sociétés. Mais ces baisses d’impôts sont annoncées respectivement pour 2017 et 2020…

Les petits salaires sont aussi mentionnés par le discours du perchoir de l’assemblée. Il y aurait ainsi une baisse des cotisations sociales sur les bas salaires, et aucune charge sur les SMIC. Cette mesure plaît, et peut provoquer des emplois, seulement, elle coûte cher et peut provoquer un effet de seuil. C’est-à-dire que certaines personnes peuvent être enfermées à ce stade de rémunération puisqu’au niveau de l’employeur il sera préférable de les maintenir pour éviter les charges. Cette mesure traduit encore une fois une préférence de l’emploi peu qualifié en France…

La France se doit de trouver une dynamique positive qui se fonde sur ses atouts. Manuel Valls parle lui-même des entreprises comme « des emplois, des investissements, et des exportations ». La richesse nationale, la production, se font uniquement par le travail des entreprises. Une politique de l’offre doit –elle prendre le pas sur une politique de la demande ? Les réussites françaises sont nombreuses, sur le territoire national comme à l‘étranger. Ces réussites doivent être mises en valeur et soutenues. Les entreprises constituent la clé de l’activité et donc de l’énergie française.

Le pessimisme économique et politique  actuel, le problème de l’abstention aux élections, les remises en causes de certaines valeurs communes, les divisions, ne doivent pas prendre le pas sur ce qui peut sauver l’esprit français, et notamment ses réussites, et ses succès. Les entreprises forment une partie de cette volonté d’agir dans le bon sens. La France a du talent, mettons-le en avant.

 Collectif Au Top La France
#AuTopLaFrance

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s