Les acteurs français du nucléaire confirmés au Royaume-Uni

Standard

électricité

Alors que certains observateurs n’avaient de cesse de répéter que la filière française  du nucléaire était en déclin, la nouvelle d’un accord historique signé entre EDF et le gouvernement britannique pour la construction de deux réacteurs EPR  témoigne de la reconnaissance de l’expertise française dans ce domaine de pointe.

Le lundi 21 octobre 2013, le groupe français en partenariat avec Areva et deux opérateurs chinois, China General Nuclear Corporation et China National Nuclear Corporation, ont signé avec le gouvernement britannique un accord historique de 19 milliards d’euros, mettant ainsi fin à 20 ans d’arrêt d’investissements dans le secteur. Cet accord intervient au moment où David Cameron présente son plan de transition énergétique visant la réduction de l’emission de gaz à effet de serre du Royaume-Uni. Le pays doit également faire face à la baisse de la production d’hydrocarbures en mer du nord, laissant présager une pénurie d’énergie au cours des dix prochaines années. N’étant responsable que de 18% de la production d’électricité britannique aujourd’hui, la part de l’énergie nucléaire devrait contribuer à plus de  40%  de la production totale d’ici à  2030. Tel qu’il est prévu, le projet devrait employer prêt de 25 000 personnes pour la construction du site, et 900 personnes pour faire fonctionner les réacteurs une fois la fabrication terminée.

Véritable confirmation de l’expertise française dans le secteur, cet accord permet à EDF de consolider sa présence outre-manche où le groupe possède sa plus importante filiale en termes d’activité. Ce choix ne relève en  rien du hasard : Alors que 4 centrales britanniques doivent fermer en 2019, le partenariat avec la France semble naturel : fort d’une expérience de plus de 50 ans, l’industrie française du nucléaire est aujourd’hui la seule sur terre à prendre en charge l’ensemble de la filière, de la fabrication des réacteurs jusqu’à l’exploitation de la centrale et le traitement des déchets. Conjointement à la fabrication des réacteurs, EDF devrait assurer la livraison d’électricité à des tarifs prévus à l’avance sur une période de 35 ans. Cette confiance réaffirmée de la part du gouvernement britannique vient confirmer les choix stratégiques de la France depuis les années 1990 concernant le développement de la technologie EPR (réacteur à eau pressurisée). D’après les promoteurs du projet, ces deux réacteurs devraient couvrir 7% de la production totale d’énergie au Royaume-Uni.

Pour Areva, responsable de la réalisation de 10% du projet, l’opération est de très bon augure. La signature du contrat vient confirmer la technologie EPR du groupe, premier dispositif a gagné le label de réacteur de troisième génération au Royaume-Uni. Cette réussite remarquable s’explique notamment par le fait que la France ait su imposer dans  ses standards à l’échelle internationale dans le domaine du nucléaire.

Collectif Au Top La France
#AuTopLaFrance

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s