L’industrie spatiale française, un investissement d’avenir décisif

Standard

Première puissance spatiale européenne, la France est un des leaders sur ce secteur-clé de l’innovation. Fait peu connu, l’industrie spatiale française est la seule nation capable de rivaliser, non par sa taille, mais par ses compétences et son faisceau d’activités, avec celle des Etats-Unis.

Né au début des années 1960 sous l’impulsion du général De Gaulle, le programme spatial français trouve son origine dans le contexte de la guerre froide, suite à la course à l’espace lancée par les Américains et les Soviétiques. Dès 1962, avec la création du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) puis avec l’envoi d’un satellite dans l’espace en 1965 (fusée Diamant), la France se positionne d’entrée de jeu comme un acteur incontournable du secteur spatial. Egalement contributeur majeur au programme spatial européen, la France est à l’initiative de la coopération spatiale européenne. Elle a également joué et continuer de jouer un rôle décisif dans la création des programmes Ariane et Galileo, ainsi que dans la maîtrise d’œuvre des lanceurs (avec le groupe SAFRAN notamment). Aujourd’hui, le chiffre d’affaires consolidé de l’industrie spatiale française représente près de la moitié du chiffre d’affaires de l’industrie européenne. La France est également le premier contributeur de l’Agence Spatiale Européenne, ainsi que de la fusée Ariane 5. Au-delà de son rôle primordial dans le secteur spatial via sa contribution décisive au programme européen, l’industrie française, forte de 12 000 employés, a également acquis de façon autonome une excellente réputation. Seul pays européen à avoir la maîtrise d’ensemble des technologies spatiales (systèmes de lancement, satellites d’observation optique, météorologique, etc.) et à avoir développé une expertise technologique en matière d’écoute spatiale et de systèmes d’alerte, l’a France s’est dotée de solides outils de sécurité et de dissuasion. En parallèle, on assiste au développement de start-up à fort potentiel, telles que Kapten Plus (Sophia-Antipolis), qui a développé le premier navigateur vocal de poche destinée aux personnes malvoyantes, ou Insiteo (Pau) qui développe des technologies de GPS indoor pour les centres commerciaux. En définitive, au vu des enjeux majeurs, tant en termes de souveraineté que de sécurité, et de l’immense potentiel de services pouvant être mis au service du citoyen (localisation de personnes en détresse, télé-enseignement, télé-médecine, communication, etc.), l’industrie spatiale française est indéniablement un investissement d’avenir décisif.

Collectif Au Top La France
#AuTopLaFrance

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s