Succès des industries culturelles et créatives en France

Standard

Le monde de la culture et de la création peut s’affirmer comme un véritable vecteur économique pour notre pays et doit être envisagé comme un levier de développement économique. La politique publique va en ce sens, relayée par la ministre de la culture Aurélie Filippetti qui affirmait encore récemment « Il n’y aura pas de redressement productif sans redressement créatif et il faut aussi valoriser pleinement les externalités positives de la culture afin de montrer que l’investissement créatif contribue à la croissance économique, à l’emploi et à l’image de notre pays ».

L’industrie culturelle regroupe la musique, le cinéma, l’animation, l’édition, les jeux vidéo, le marché de l’art, le spectacle vivant…. Si l’on en croit le rapport d’Ernst & Young de novembre 2013, les différents secteurs représentent plus de 61 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 5% de l’emploi total français (1,2 millions de personnes) de manière directe ou indirecte. Un rapport conjoint des ministères de l’Economie et de la Culture de décembre 2013 mesurant l’impact des ICC sur l’économie française vient corroborer ces chiffres et révèle que le secteur contribue à hauteur de 57,8 milliards d’euros au PIB (valeur ajoutée). Le rapport établit également une corrélation positive entre présence d’une activité culturelle et développement socio-économique d’un territoire, c’est donc un vecteur de dynamisme. De plus, si l’on en croit les chiffres du cinéma, de l’animation et de la musique française à l’étranger, le secteur s’exporte bien à l’international.

Même si cette industrie reste encore majoritairement soutenue par de l’argent public, on peut désormais en mesurer le retour sur investissement et il semble positif. L’industrie culturelle française est un donc un secteur dynamique au poids économique avéré qu’il faut continuer à encourager.

Collectif Au Top La France
#AuTopLaFrance

 

 

Advertisements